21/06/2012

queimada 1969(cycle marlon brando)

Vers 1845, sir William Walker debarque dans une ile des Antilles. Il fomente un soulevement des Noirs et installe au pouvoir un mulatre.

16 commentaires:

  1. merci nenard toujour au top

    RépondreSupprimer
  2. toujour du bon cinema merci grand cinephile nenard

    RépondreSupprimer
  3. nous adorons ce bon cinema merci nenard

    RépondreSupprimer
  4. merci nenard un bon marlon brando

    RépondreSupprimer
  5. ca fait plaisir de voir le grand cinema de nenard merci

    RépondreSupprimer
  6. merci super nenard

    RépondreSupprimer
  7. film tres rare vu a la tv ya, longtemps merci nenard pour ce bon cinema

    RépondreSupprimer
  8. merci nenard super quand tu sait met le prisonnier de zenda te remercie d,avance

    RépondreSupprimer
  9. le grand cinema de nenard toujour en action merci

    RépondreSupprimer
  10. cinephile heureux21 juin 2012 à 16:23

    merci tu est vraiment genial

    RépondreSupprimer
  11. beaucoup de blabla sur ce blog mais peu de films mémorables et des liens qui traînent, traînent, traînent, traînent... Moins d'éloquence mais plus de concret... Parfait syndrôme de l'hexagone... Guy

    RépondreSupprimer
  12. excuse du peux et si sa traine pour toi va voir sur un autre blog si tu trouve les films j ai aussi une vie de famille et je travail donc pas tjr le temps de poster mais fichier toute fasson je n ais pas a me justifier salut

    RépondreSupprimer
  13. dit l,imbecile va voir ailleur essaye de trouver quelque film de ton choix si rapidement

    RépondreSupprimer
  14. Dis, Guy l'anonyme si tu allais voir ailleurs si l'herbe est plus verte et les upload plus rapide, ça nous ferait un brin de vacances.

    Un bon film sur le rapport dominant/ dominé.

    merci Nenard

    RépondreSupprimer
  15. super content de trouver ce film par hasard. C'est l'histoire d'haiti je crois. Grandiose (même si je serais peut être déçu en le revoyant). Queimada ou comment l'angleterre a promu la lutte anti esclavagiste pour créer des dissensions chez l'adversaire (les français entre autre) au début de la révolution industrielle quand elle n 'avait elle même plus besoin de cette main d'œuvre. Bravo nenard !

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.